• Twitter PlumeAuteurs
  • Facebook La Plume de vos Auteurs

Cliquer sur une publicité rapporte quelques centimes au site afin d'aider à le financer. Merci à chaque personne qui prendra ces quelques secondes.

Sam riversag

La Plume de

Histoire

Une

Pour un selfie avec lui

AutoEdition  ❘  Humour ❘  Romance  ❘  Chicklit  ❘  Disponible sur Amazon

« A Londres, la vie de Mary s’effondre lorsqu’elle surprend son petit ami outrageusement dénudé en compagnie d'une autre fille dans leur appartement. Sa réaction la surprend elle-même. Au diable les hommes et leurs infidélités ! Vive la femme libre !  Le credo semble facile à tenir, mais l’infidèle demande pardon… Sa meilleure amie Lola va l’aider dans ses affaires de coeur mais ses conseils bien intentionnés ne sont pas toujours efficaces... Un roman à l’humour décalé, optimiste et réconfortant. »

Auteure

Une

Quand est-ce que l’écriture est entrée dans ta vie ?

 

« En fait, j’ai toujours aimé écrire, depuis l’enfance, je m’amusais à raconter des histoires d’amitié entre des enfants et des animaux, en même temps j’écrivais des lettres à ma mère… Pendant l’adolescence, j’ai eu ma période poésie, j’écrivais beaucoup de poèmes. Je lisais aussi beaucoup. J’ai oublié tout ça pendant un certain temps, et puis je me suis remise à l’écriture, cette fois pour écrire un roman. Une envie comme ça. J’avais envie d’inventer des personnages pleins d’humour, comme ceux que j’aime dans les livres et les films. Et je me suis prise au jeu, c’était génial de leur faire prendre vie et de partager leur quotidien jour après jour. Quand j’ai découvert que le public les aimait, cela m’a ouvert des horizons. »

 

____________________________

Qu’est-ce que représente l’écriture aujourd’hui pour toi ?

 

« C’est devenu très important, je ne pourrais plus m’en passer. C’est une activité vraiment gratifiante. Avant tout, elle permet de s’évader, d’imaginer d’autres vies que la sienne, de vivre autant d’aventures que l’on veut. On entre dans un monde parallèle, où l’on invente ses propres règles, et c’est très libérateur, parce que tout est permis. On explore tous les genres littéraires que l’on veut, et on s’attaque à tous les sujets qui nous plaisent. C’est la liberté absolue. J’aime inventer des personnages, ils deviennent mes amis, et je vois que Lola a été plébiscitée comme l’amie idéale, cela me fait très plaisir. Ensuite, il y a le retour des lecteurs, et c’est génial, parce que j’ai l’impression de vivre un véritable échange, je suis heureuse quand je lis leurs commentaires et quand je reçois leurs messages qui me disent combien ils ont aimé mon livre. Je crois qu’il n’y a rien de plus beau que de faire plaisir aux gens, on se sent bien, vraiment utile. 

Je n’écris pas toute l’année, mais quand je commence un livre, j’écris tous les jours jusqu’à la fin. »

 

____________________________

Hormis l’écriture, as-tu d’autres passions ?

 

« J’aime jouer du piano, j’ai appris à l’âge de huit ans, alors cela fait partie de ma vie. Je ne peux pas me passer de musique classique. Je pense que c’est important pour l’équilibre, c’est un moment de détente, qui permet de chasser la fatigue liée au quotidien. J’aime aussi les balades en montagne. Et puis il y a les voyages. Ils ouvrent l’esprit, me font découvrir d’autres cultures, et me donnent des idées pour mes romans, parce que quand le pays me plaît, j’ai envie d’y faire se passer une histoire. Presque à chaque fois. »

 

____________________________

Imaginons un petit instant qu’une malédiction s’abatte sur nos têtes et que tu sois dans l’obligation de ne choisir qu’un seul et unique livre pour le reste de tes jours, lequel se serait ?

 

« C’est une question très difficile, je ne sais pas. Ce que je peux te dire, c’est que je prendrais un livre en plusieurs tomes, comme « A la recherche du temps perdu », comme ça j’en aurais pour un moment ! C’est un monument de littérature, l’ambiance, les personnages, l’époque, tout porte au rêve, et à la nostalgie, entre autres le passage de la madeleine est prodigieux, « no comment » ! »

 

____________________________

Admettons maintenant que je sois en possession d’une baguette magique, au travers de quel personnage de romans t’imaginerais-tu le mieux ?

 

« Je crois que j’aimerais être Scarlett O’Hara du roman « Autant en emporte le vent » de Margaret Mitchell qui se passe à Atlanta pendant la guerre de Sécession. Parce qu’elle est l’héroïne idéale. Pleine de défauts et de qualités. Elle est égoïste, insensible, vaniteuse, entêtée, allumeuse, mais aussi forte, courageuse, sincère, loyale… et amoureuse ! Elle traverse bien des épreuves et s’en sort grâce à son tempérament. Sa force lui vient de « Tara », c’est le nom de son domaine, de sa terre natale. Elle s’adapte au monde qui change, alors que l’homme qu’elle croit aimer est absolument incapable de vivre les évènements et fait toujours référence au passé. Elle est bien plus forte que lui. Elle découvre l’amitié de Mélanie, qui est au début sa rivale, mais qui lui est tellement supérieure moralement. Alors Scarlett va évoluer. C’est une belle histoire.

Merci beaucoup pour cette interview, cela m’a fait plaisir de parler de ce que j’aime, avec toi c’était très facile, tu m’as mise en confiance, c’était tout simplement génial ! »

Questions

Des

Avant toute chose, comment t’es venue l’idée de ton récit « Pour un selfie avec lui » ?

 

« J’assistais à une convention sur la série Sherlock de la BBC, dans une ambiance survoltée, tous les fans attendaient la venue de la star Benedict Cumberbatch… Ils venaient du monde entier, de Nouvelle Zélande, du Japon, des USA, de toute l’Europe… J’attendais mon tour pour avoir ma photo avec lui quand une fille est arrivée, une photo dans la main, les joues empourprées de bonheur, les yeux brillants et le sourire extatique. Elle serrait cette photo contre son cœur comme si c’était le Saint Graal, un véritable objet sacré, c’était si émouvant que j’ai eu l’idée d’en faire mon héroïne, Mary. Une femme qui rêve d’un homme inaccessible. Sur un thème universel, j’ai écrit dans un style très personnel. C’est la première fois que j’emploie ce ton décalé, dans l’esprit de la série Sherlock. Parce qu’un club de fans c’est avant tout un partage je lui ai inventé une amie rigolote, Lola, qui a embrasé l’imagination de mes lecteurs. Je ne m’attendais pas à un tel succès, c’est sûrement en partie parce que Benedict a des fans dans le monde entier. »

____________________________

 

On apprend que ton récit est un hommage à un acteur très célèbre, Benedict Cumberbatch. Peux-tu nous en parler un petit peu ?

 

« J’aime beaucoup cet acteur. Il est charismatique, bourré de talent, son personnage intello et sexy fait fureur à Hollywood. Il a un magnétisme extraordinaire dû à son regard bleu pâle, son allure spectrale et sa démarche. Son élégance, sa voix basse et sensuelle, et son humour ont contribué à sa renommée. Il est différent des autres. L’idée de lui rendre hommage est venue naturellement parce que je venais de le voir dans Hamlet. Il était extraordinaire. Un grand moment. Un grand plaisir. C’est normal pour une fan d’exprimer son admiration. D’autres l’ont dessiné, il y a eu une série de mangas sur Sherlock, moi j’en ai juste fait un des personnages de mon roman. »

 

____________________________

Ton récit est un écrit à la première personne. Peux-tu nous parler de ce choix ?

 

« Je n’aurais pas imaginé l’écrire autrement. Je dirais que c’était évident ET réfléchi. Une longue et riche tradition littéraire et quasi universelle. Dante le faisait déjà !

Dans mon roman, c’est un traitement littéraire frivole en apparence. Le style est presque oral, l’héroïne raconte ses déboires comme si elle s’adressait à une amie, cela crée une intimité avec le lecteur, d’autant qu’il y a plein de quiproquos comiques et de retournements dramatiques. Dans une langue orale et gestuelle, musclée et vive, elle dépeint un homme comme étant moins sensible et moins intelligent qu’elle. C’est une héroïne pleine de tempérament et d’esprit qui fait le récit des pensées et des sentiments humains qui continuent à l’agiter. Tout l’intérêt du livre, toute sa cocasserie et toute sa profondeur, tiennent à la juxtaposition paradoxale du réalisme et du loufoque.

Jamais le lecteur n’a d’autre perspective que celle du personnage principal, dans un décor de vaudeville, composé de portes qui claquent encore et encore.  Cet unique point de vue renforce le comique théâtral parce qu’elle pratique l’autodérision avec brio. Elle est capable de regarder ses propres égarements avec humour. Elle joue avec les ambiguïtés, ambivalences, et jeux de mots. Il faut attendre la fin pour avoir une esquisse du point de vue de son compagnon. Mary est un personnage complexe qui évolue tout au long du roman. Le personnage de Lola est plus facilement abordable, mais elles sont des doubles l’une de l’autre. L’une est le revers de la médaille de l’autre, elles sont interchangeables, ce sont les deux facettes d’une même personnalité, selon les jours, quand l’humeur change. J’avais envie d’aborder la poétique du mal, l’idée des seuils à franchir, le monde de la vertu et le monde de l’envie, de l’ambition. Les thèmes de l’innocence, du courage et de la vertu. Mary est « déboussolée » elle n’a plus de certitudes. C’est l’archétype de la femme inquiète, tourmentée par des forces qui la dépassent, et c’est en cela qu’elle continue à nous toucher profondément. »

 

____________________________

Peux-tu nous parler brièvement de Mary, ton personnage principal ?

 

« Son nom est Mary Copter. Elle n’a pas les yeux bleus! Elle est gentille, réservée, fait confiance aux gens qu’elle aime. Elle est intelligente, passionnée, entière et influençable. Elle est douce, a un caractère égal, mais quand la situation l’impose, elle peut s’emporter et sauter comme un bouchon de champagne.»

 

____________________________

Peux-tu maintenant nous parler brièvement de Simon ?

« Simon a un physique attrayant, il est séduisant et c’est bien là le  problème. Il est faible avec les femmes et avec sa mère.»

 

____________________________

 

Comment s’est déroulée l’écriture de ton récit ?

« Ce livre a été écrit rapidement, en un mois, juste après la convention Sherlock, sous le coup de l’inspiration. Il n’y a pas eu de « panne » d’écriture.»

 

____________________________ 

Ton écrit se déroule en Angleterre, s’agit-il là aussi d’une référence à Sherlock Holmes ?

 

« L’histoire se passe en Angleterre pour deux raisons: Parce que j’adore ce pays depuis ma tendre enfance, ma grand tante anglaise m’en parlait beaucoup, et parce que cela ne peut pas avoir lieu ailleurs, car Benedict est anglais et il a joué Hamlet au Barbican à Londres, devant un public international dont je faisais partie. La convention Sherlock à laquelle j’ai assisté se tenait elle aussi à Londres. Mon héroïne Mary est très anglaise, elle va au pub, au théâtre, se baigne à Brighton, navigue sur la rivière à Cambridge, fait son jogging dans les parcs londoniens. Churchill et Conan-Doyle sont aussi des personnages du roman. Et surtout Sherlock bien sûr. Et tu as raison, c’est encore une référence à ce personnage dont je raffole. Et puis il y a Kate et William… (Je ne peux pas en dire plus). Le roman n’aurait pas pu se passer ailleurs, je n’aurais pas pu parler d’une ville et d’une culture que je ne connais pas. Des lectrices m’ont demandé pourquoi je n’avais pas choisi Ryan Gosling, Johnny Depp ou Bradley Cooper, mais je n’aurais pas pu prendre des américains pour ce livre! Et puis je suis une vraie fan de Benedict. »

 

____________________________

Ton récit regorge de petites références historiques, cinématographiques ici et là. Peux-tu nous parler de ce choix ?

 

« Mes références historiques et cinématographiques ont coulé de source, sans même y réfléchir. J’aime Churchill qui est une figure emblématique que je considère comme un sauveur et un gagnant de la seconde guerre mondiale, il était longtemps le seul à tenir tête à Hitler, et a persuadé les USA de rentrer en guerre. Un homme courageux, spécialiste de la guerre, mais capable de faire de la maçonnerie pour ne pas s’ennuyer en attendant que le gouvernement le rappelle! Et il faut le voir avec son gros cigare descendre d’un toboggan   qui plonge dans l’eau… Nelson lui aussi était un homme remarquable, j’ai vraiment vu sa tunique trouée au musée. On dit que son corps a été conservé dans un baril de rhum après la bataille de Trafalgar pour le ramener à terre. Il faut voir le film « Lady Hamilton » avec Sir Laurence Olivier et Vivien Leigh, c’est super. La reconstitution de la bataille avec des maquettes est époustouflante, et c’est mon actrice préférée.

Tous les films que je cite m’ont traversé l’esprit quand j’écrivais parce que je les connais par coeur, je suis assez cinéphile. Je peux voir et revoir ceux de Hugh Grant encore et encore. J’aime les actrices anglaises comme Keira Knightley, Carey Mulligan… »

 

____________________________

J’ai aussi pu remarquer que ton écrit était majoritairement narratif, on ne retrouve qu’une minorité de dialogues. Peux-tu nous parler de ce choix ?

« Mon récit est narratif parce que Mary raconte son aventure sur un mode intimiste, elle invite le lecteur à la suivre dans cette épreuve, elle le prend à parti comme au théâtre, quand l’acteur se tourne vers la scène et demande son avis au public. C’est une référence à Hamlet et plus précisément à Shakespeare qui est la maître absolu. Elle est capable de le tenir en haleine pendant deux heures, dans un monologue, en référence au soliloque d’Hamlet "To be or not to be ». Beaucoup m’ont écrit qu’ils l’avaient lu d’une traite, que c’était addictif. Cela m’a fait énormément plaisir. Les dialogues sont présents, pour moi il y en a beaucoup, c’est d’ailleurs l’occasion de rire encore et encore, que ce soit devant les discussions avec Lola, Steve, Helen, Audrey, et Simon. Et aussi de fondre d’émotion quand il s’agit de Trevor. »

 

____________________________

Si tu ne devais choisir qu'une couleur pour représenter ton récit, laquelle choisirais-tu ?

« Je choisirais le rouge parce que Mary voit rouge quand elle découvre que Simon lui est infidèle. C’est une couleur agressive, provocante, elle choisit de porter un kimono rouge qui symbolise son émancipation. Vis à vis de son homme mais aussi de sa belle-mère, qui aime les couleurs tristes et discrètes. C’est le vent de la rébellion qui souffle et qui s’exprime au travers de ce choix. »

 

____________________________

Peux-tu nous parler un petit peu de ton choix d'avoir autoédité ce récit ?

 

« J’ai préféré l’autoédition parce que j’étais curieuse de voir où cela pouvait me mener, j’avais envie de vivre l’aventure de A à Z, de l’écriture jusqu’à la publication, en passant par le choix du titre et de la couverture. Je voulais être totalement libre, seule associée à bord, pour décider de tout, c’était une nouvelle expérience très excitante. C’était facile, rapide, gratuit. Les gros éditeurs sont comme les producteurs dans le cinéma hollywoodien, ils s’intéressent aux projets sans risques, aux noms déjà connus. Les petits n’ont pas les moyens de distribuer massivement le premier roman d'un nouvel auteur, on a une meilleure diffusion avec internet, surtout à l’international. Mon livre parle de Benedict Cumberbatch, c’est un sujet qui touche de nombreux pays parce que c’est une star planétaire. »

 

____________________________

Peux-tu nous parler de l'autoédition de ton récit. Comment s'est-elle déroulée ?

 

« C’était un pari difficile parce que je ne connaissais rien aux règles de l’autoédition, j’ai rencontré de nombreuses difficultés. La pluralité des plateformes rendait le choix difficile, les avis encore plus. Finalement j’ai suivi mon instinct. »

 

____________________________

As-tu un regret concernant ton récit ou es-tu satisfaite dans son intégralité ?

 

« Je n’ai aucun regret pour le récit, c’est un texte inspiré qui a prouvé son efficacité puisqu’il a su charmer les lecteurs de tous horizons, de tous âges et toutes nationalités. J’aurais pu le faire un peu plus long, mais j’ai choisi de laisser du suspense pour que les lecteurs lisent la suite, et cela a fonctionné. »

 

____________________________

Ton livre est disponible depuis Aout 2017. Es-tu aujourd'hui satisfaite des retours que tu as eu concernant "Pour un selfie avec lui"?

« C’est formidable d’avoir de si bons retours de lecteurs, je suis très heureuse de lire leurs commentaires et de recevoir leurs courriers sur les réseaux sociaux. »

 

____________________________

Que disent le plus souvent tes lecteurs à propos de ton roman ?

 

« Je suis sensible à leurs mots, ils parlent de roman anti-blues, hilarant, optimiste, addictif, d’une héroïne attachante, d’un duo d’amies irrésistible, d’un style original, fluide, agréable. »

 

____________________________

 

Pourrons-nous découvrir une suite à ton récit ?

 

« Je ne sais pas encore combien de tomes il y aura, autant que d’aventures pour les deux personnages principaux que sont Mary et Lola. Un roman policier paraîtra avant la suite de ce premier tome, parce que l’héroïne a écrit ce livre en pensant à Benedict Cumberbatch pour un des rôles principaux. Ce sont deux flics que tout oppose qui doivent collaborer sur une enquête, avec une troisième personne qui est une jeune psychologue. Passion, suspense et trahison! Sans se départir de mon sens de l’humour. Ce livre est presque prêt. Il va falloir un peu de patience aux lecteurs avant de le découvrir. »

 

____________________________

N'est-ce pas trop difficile pour toi de joindre l'écriture ainsi que ton métier de juriste ?

 

« Combiner les deux métiers et sa vie privée est difficile, parce que les journées ne font malheureusement que vingt-quatre heures! Il en faudrait deux fois plus. »

 

____________________________

As-tu d'autres projets d'écriture, de romans ?

 

« Je prévois d’écrire la suite des aventures de Mary et Lola, dans le même style humoristique, qui va approfondir les personnages de Lola et de Trevor. Avant, je publierai le roman policier que Mary a écrit pour le concours de la BBC afin de rencontrer Benedict Cumberbatch. C’est un roman à suspense, sur fond de trahison et de passion, qui met en scène des personnages attachants, deux flics et une psychologue. Vous y retrouverez mon humour. »

 

____________________________

Penses-tu que nous découvrirons un jour ta plume sous un autre genre ?

« Le genre policier, c’est sûr car il est déjà dans un tiroir. Je l’ai écrit juste avant « Pour un selfie avec lui », je ne l’ai pas encore publié, parce que je préférais l’introduire en présentant son auteur, qui n’est autre que Mary, ce roman mettant en scène un flic inspiré par Benedict Cumberbatch.

Le personnage principal de mon premier roman est l’auteur de mon deuxième roman, j’aime assez cette idée.

Le genre romance m’attire aussi, j’adore le romanesque, comme « Autant en emporte le vent ».

Et particulièrement le XIXème siècle. »

 

____________________________

As-tu une anecdote d'écriture à partager avec nous ?

 

« Je n’ai pas de manie étrange, mais j’ai souvent rêvé de mes deux flics, et j’ai noté en pleine nuit leurs conversations sur un calepin, parce qu’elles étaient très réalistes. Ce n’était pas le cas pour Mary et Lola, elles ont été créés en plein jour. »

Conseils

Des

As-tu des conseils à partager avec nous concernant l'édition d'un livre ?

 

« La clé, c’est de choisir la bonne couverture et la bonne qualité d’impression, toutes ne sont pas égales, parfois le pelliculage est de mauvaise qualité. Le recours à un graphiste est la meilleure solution. »

 

____________________________

As-tu des conseils et astuces quant à la promotion qu'un auteur doit faire pour son roman ?

 

« Je conseillerais de communiquer autour du sujet du livre s’il est original et populaire, sur tous les réseaux sociaux, de rejoindre des groupes, pour moi ce qui a marché c’est la grande communauté de fans de Benedict Cumberbatch dans le monde entier, dont je fais partie. »

 

____________________________

Quel est le conseil d'écriture le plus important que tu pourrais partager avec nous ?

« Se faire plaisir, le lecteur ressent cette fabuleuse inspiration qui est la nôtre quand on a vraiment envie d’écrire. »

 

____________________________

Qu'est-ce qui est rédhibitoire pour toi lorsque tu lis un récit ?

 

« En général, je n’apprécie ni la vulgarité ni la violence à forte dose. En ce moment, je lis « Dans son silence » d’Alex Michaelides, et franchement, je suis conquise dès le début par l’ambiance et l’écriture. »

Dernier mot

Un

« Je suis heureuse d’avoir passé du temps avec vous, j’aime bavarder librement, écouter vos questions, deviner ce qui vous fait vibrer, ce qui vous intéresse, parler de moi et de mes goûts, c’était chouette, mais parler de vous, c’est encore mieux. Alors n’hésitez pas à m’écrire au travers des réseaux sociaux, et dites-moi ce que vous aimez, confiez-moi vos joies et vos attentes, car votre amitié sera toujours précieuse. Les auteurs n’existent que parce que les lecteurs le veulent bien. Sans eux, ils ne seraient pas grand chose. Merci pour votre accueil, c’est fantastique d’être lue par un si grand nombre.

J’espère que ce lien durera toujours.  »

Plume

L'avis de

Un récit moderne, une bouffée d'air pour quiconque aurait le besoin et l'envie de rire, de s'amuser, tout en dévorant un livre. Un humour dit "british" que personnellement j'apprécie beaucoup et un récit qui peut nous rappeler dans le style le personnage de Helen Fielding, Bridget Jones.  Le seul petit point que j'ai un petit peu moins apprécié, mais vous le savez maintenant, c'est l'utilisation de la première personne. Malgré tout, elle a sa place dans ce récit et ce n'est qu'une question de goûts.

 

Un roman dynamique et original qui ne laisse pas la place à l'ennui pour quiconque aime ce genre ! On vit avec les personnages leurs aventures rocambolesques, on s’épanouit de leurs joies tout comme nous nous révoltons de certaines décisions. Nous sommes touchés, nous rigolons, en bref, de quoi passer un bon dimanche devant la cheminée au cœur d'un récit au rythme effréné ! Une fois plongé dedans, on réclame inévitablement la suite des aventures de Mary et de Lola ! 

SAM RIVERSAG

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram

POUR UN SELFIE AVEC LUI

Merci à Sam Riversag pour cette Interview. N'hésitez pas à partager vos avis avec nous en commentaires et à découvrir "Pour un selfie avec lui" si ce n'est pas encore fait !