Salema Weyard

La Plume de

Histoires

Des

Combat pour vivre

Romance ❘  + 18  - Disponible sur Wattpad

« Leur rencontre n'avait rien d'un coup de foudre. Ensemble depuis deux ans, Terrence, photographe de 36 ans et Sebastian, streamer de 21 ans, évoluaient et soignaient peu à peu leurs blessures respectives. Et même si personne ne voulait croire en leur couple, ils appréhendaient l'avenir avec le sourire ... Jusqu'à ce jour de pluie où Terrence trouva une lettre, un simple petit bout de papier qui allait peut-être tout changer. »

Magnolia

Romance ❘ Young Adult ❘ + 15  - Disponible sur Wattpad

« À 24 ans, Andy avait deux problèmes majeurs : les jugements sur son handicap qui la détruisaient peu à peu et sa préférence pour les femmes, son secret le mieux gardé. Andy pensait que le bonheur était hors de sa portée. Alors pourquoi son esprit n'arrivait-il pas à se détacher du regard de la fleuriste? »

Il a dit

Romance ❘ Fantasy ❘ + 15  - Disponible sur Wattpad

« Miraculé d'un attentat qui avait coûté la vie à ses parents, Alexander ne parvenait pas à s'extirper des griffes de son traumatisme. Peu soutenu par sa petite-amie, il tentera de se sauver en invoquant son ange gardien... Un ange, prénommé Stefaniel, et au regard beaucoup trop bleu; d'un azur dans lequel Alexander pourrait bien aimer se noyer. »

Auteure

Une

Depuis combien d’années environ l’écriture est entrée dans ta vie ?

 

« Enfant, j'écrivais déjà un peu, mais ma première vraie histoire date de vers mes 11 ans. Ça fait donc 19 ans que j'ai commencé à écrire ... C'est venu naturellement, dans le sens où j'ai vite ressenti le besoin de retranscrire tout ce que mon imaginaire me donnait comme informations. »

 

____________________________

Que t’apporte-t-elle au quotidien ?

 

« De la joie et du calme. Imaginer et écrire m'apaise et m'aide à oublier certains de mes symptômes, notamment la douleur chronique pendant un moment. De plus, je suis toujours heureuse de voir mes personnages prendre vie et curieuse de voir où ils vont me mener. »

 

____________________________

As-tu, hormis l’écriture, d’autres hobbies ?

 

« Je dessine un peu et fabrique des bijoux en résine ainsi que des objets de décoration en matériaux recyclés. Je lis beaucoup et je me suis récemment mise au jardinage. »

 

____________________________

Si tu ne devais garder qu’un seul et unique livre pour le reste de tes jours, lequel choisirais-tu ?

 

« Quelle question cruelle! Alors même si les romans d'Haruki Murakami sont mes préférés, je choisirais de conserver Inspirations de Natacha Birds. Le ton poétique et la beauté des photos appellent au rêve. Mais, plus important encore, c'est un livre qui me redonne confiance et qui me motive. »

 

____________________________

Admettons un petit instant que je possède une baguette magique, au travers de quel personnage de livres t’imaginerais-tu le mieux ?

« Mmh excellente question que voilà. Je dirais Luna Lovegood dans Harry Potter (j'ai grandi avec ces livres après tout), mais à Serpentard. Elle est souvent à l'ouest et pas forcément très appréciée par la plupart de ses camarades car elle a l'air bizarre. »

Questions

Des

Comment t’es venue l’idée pour ton récit « Il a dit » ?

 

« Bonne question. Il s'agit de mon premier roman après une longue pose dans l'écriture d’œuvres originales. À la base, j'ai juste pensé à un ange qui avait un peu de mal avec les coutumes humaines. Puis j'ai entendu une chanson, intitulée "Il a dit" justement (d'ALVIN). Et j'ai eu envie d'écrire un roman avec ce fond sonore. »

 

____________________________

Tu parles dans ce dernier d’un attentat ayant causé bon nombre de morts. Pourquoi le choix de ce sujet en particulier ?

 

« Je savais que mon personnage avait survécu à quelque chose de traumatisant. J'ai alors réfléchis ce qui pourrait coller à ce qu'il ressentait et à la situation que je voulais décrire (culpabilité d'être encore en vie, culpabilité d'être l'un des seul survivants, traumatisme de voir ses parents mourir). Sachant qu'il vit dans une petite ville, qu'il ne voyageait pas et que je voulais une situation crédible, j'en suis venue à penser que l'attentat était la meilleure des options. »

 

____________________________

Peux-tu nous parler un petit peu d’Alexander Wirlak ?

 

« Avec plaisir ! 

Alexander est un informaticien de 27 ans. Il a longtemps été complexé par sa taille (1m65) et est très timide. Il n'apprécie pas beaucoup de sortir dans des endroits bruyants et agités. Il fume beaucoup et il avait commencé pour ennuyer ses parents (ceux-ci auraient aimé qu'il fasse d'autres études, plus prestigieuses à leurs yeux). Comme ses parents et une grande partie de la population, il appartient à l'église angélique (religion où les anges sont vénérés). C'est d'ailleurs grâce à ça qu'il pourra invoquer Stefaniel. »

 

____________________________

Dans cet écrit, tu nous parles entre autre de religion et d’anges. Peux-tu nous expliquer un petit peu plus le pourquoi de ce choix ?

 

« Bien que je sache que la religion est un sujet un peu compliqué à aborder, je n'avais pas envie de me retenir d'écrire ce que j'avais envie.

L'un de mes personnages étant un ange, pour moi il était évident de parler du sujet de la religion. Je ne voulais pas que la présence des anges chez les humains sorte de nulle part.

J'ai été toute ma scolarité dans une école très religieuse, voilà peut-être pourquoi ce sujet m'inspire ... Même si je ne suis pas certaine qu'une histoire où un ange qui parle de sélection naturelle et qui a une relation avec un homme humain plaise à tout le monde ah ah. »

 

____________________________

Peux-tu nous parler un petit peu de Stefaniel ?

 

« Avec plaisir ! C'est un séraphin (dans mon histoire, la hiérarchie est la suivante: archanges, séraphins, anges et chérubins) et un guerrier. Il est en charge de la protection du Paradis et est parfois envoyé en mission chez les humains. Toutefois, comme la plupart de ses frères et soeurs, au fil des siècles, un ou une protégée lui a été attribué. Si cette personne l'invoque, il n'a d'autre choix que de répondre à son appel.

Stefaniel a rarement eu de la chance avec les humains qu'il a pu croiser. Ainsi, il ne s'est jamais vraiment intéressé à leurs coutumes et à leur façon de vivre. Voilà pourquoi, au départ, il est un peu rude envers Alexander. Il n'a aucune idée de comment se comporter face à ce jeune homme si gentil mais complètement brisé. »

 

____________________________

Comment t’es venue l’idée de « Combat pour vivre » ?

 

« À la base, la trame principale vient d'une très vieille fanfiction que j'avais écrite quand j'étais jeune. Je l'aimais tellement que j'ai voulu la transformer en roman. »

____________________________

Tu te penches ici sur la maladie, la question de la santé. Pourquoi avoir souhaité parler de ce sujet ?

 

« Étant moi-même atteinte de plusieurs maladies chroniques, c'est un sujet très important pour moi. »

 

____________________________

Peux-tu nous parler un petit peu de Sebastian ?

 

« C'est jeune homme de 21 ans très énergique et extrêmement sociable. Fils unique et surprotégé par ses parents, il a tendance à être beaucoup trop naïf et crédule, ce qui lui a causé énormément de tort.

Il oscille souvent entre l'adulte et l'enfant insupportable, mais, malgré ce que les gens peuvent penser, il est loin d'être stupide.

Envers les gens qu'il aime, il peut faire preuve d'une patience et d'une bienveillance sans égal. C'est d'ailleurs pour cette raison que son compagnon a fini par l'appeler "mon ange" »

____________________________

Dans ton récit « Magnolia », peux-tu nous parler un petit peu d’Andy ?

 

« Son prénom complet est Andréa. Toutefois, elle le déteste car elle l'associe aux critiques que ses parents lui font aussi bien sur son style (tatouages, piercings, cheveux) que sur ses maladies. Au début de l'histoire, elle a 24 ans. Elle donne quelques cours par correspondance à des élèves handicapés et vit dans une petite maison. C'est une personne très timide, dont la confiance et l'estime de soi a été brisée par les autres. Elle est atteinte de plusieurs maladies chroniques et, ne voulant pas ajouter à sa différence, elle n'ose pas faire son coming-out. Heureusement, sa route croisera celle d'Amelia. »

 

____________________________

Dans ce récit, la santé à un rôle aussi important, est-ce pour les mêmes raisons que dans « Combat pour vivre » ?

 

« Bien que les raisons soient plus ou moins les mêmes que dans Combat pour vivre, ici, je voulais surtout appuyer sur deux points: le problème du validisme et le regard porté sur les handicaps invisibles. Parce que, tout ce que vit Andy, ce n'est pas de l'exagération. Tous les jours, des personnes vont recevoir des regards accusateurs ou des réflexions déplacées car "ils n'ont pas l'air handicapés". Tous les jours, des patients continueront à avancer dans l'enfer de l'errance médicale.

 

Donc, je me dis que si des personnes valides lisent cette nouvelle, peut-être qu'ils prendront conscience de certaines choses. »

 

____________________________

Ces trois récits sont assez courts, pourquoi avoir fait le choix de ce format ?

 

« Magnolia s'est imposée à moi comme une nouvelle, car, à la base, j'avais prévu de n'en faire qu'un petit one shot pour passer le temps. Mais je m'étais attachée à Andy et Amélia, alors j'ai développé un peu.

Pour les deux autres, en effet, c'est au format "roman court" , qui pour moi correspondait bien à des romances. De plus, globalement, j'écris rarement des histoires très voire trop longue.

Toutefois, je suis en pleine rédaction de mon tout premier roman steampunk (sortie le 1er novembre) et il sera plus long (entre 200 et 300 pages, d'après mes estimations. Après, si les personnages s'emballent, ça sera plus long). »

 

____________________________

Ils parlent aussi tous les trois de relations homosexuelles, peux-tu nous parler un petit peu plus de ce choix ?

«  Le point commun entre tous mes écrits est "représentation et diversité littéraire". Écrire une énième histoire avec un couple hétéro en pleine santé, disons que ça ne m'intéresse pas du tout (attention, je lis de tout, mais ce n'est pas ce que j'ai envie d'écrire).

 

La lecture et la possibilité de s'évader à travers les livres est quelque chose de primordial à mes yeux. Ainsi, j'estime qu'il est important que tout le monde puisse s'identifier à un personnage qui que vous soyez. Et, surtout, pour avoir des histoires diverses et variées et sans tomber dans des clichés gênants.

Aucune personne handi, n'a envie que le seul personnage handi de son livre soit une leçon de vie pour les autres ou, au contraire, un boulet. Faire que le handicap d'une personne la fasse obligatoirement devenir le méchant de l'histoire n'est pas non plus une bonne représentation.

Il en est de même pour le reste. Par exemple, une personne bi n'a pas forcément envie de se voir représenté comme "quelqu'un qui ne sait pas choisir" , "quelqu'un d'infidèle" ou "qui en fait n'est pas bi car iel est dans une relation hétéro". Autre exemple, une personne ace n'appréciera pas non plus que les seuls personnages asexuels aient forcément subi des violences et/ou doivent absolument changer d'avis sur sa sexualité. Il en va de même pour tous les clichés gays et lesbiens que l'on peut trouver.

D'ailleurs, petite anecdote: à leurs créations, tous mes personnages sont bi/pan de base. Ce sont eux, au fil de l'histoire, qui décideront de leur orientation (enfin, peu en change au final). Par exemple, prenons "Le Temps dans ses yeux" : l'héroîne est bi/pan, tout comme son assistant (qui lui est ace aussi). Seul le 3eme personnage est hétéro.

Par contre, je ne représente jamais de personnages aro, intersexe, trans ou NB car je ne me sentirais pas capable d'en créer un qui puisse plaire et sans cliché. Si je souhaitais toutefois me lancer, je ferais appel à un·e sensitive reader.

Enfin, je pense aussi que ce choix est guidé par ma légende préférée : Dieu aurait séparé les âmes soeurs et depuis chacune d'entre elle cherche sa moitié. Et ne trouveriez-vous pas ça injuste que des âmes soeurs ne puissent se retrouver dans cette vie, juste parce qu'elles ont atterri dans des corps ayant le même genre? 

"Love is love, that's all." »

 

____________________________

J’ai pu voir qu’un récit, « Le temps dans ses yeux », allait paraitre début novembre de cette année. Peux-tu nous en parler un petit peu ?

 

« Il s'agira de mon tout premier roman steampunk ! J'adore cette esthétique et le Temps m'a toujours inspiré. Toutefois, je n'avais pas encore eu véritablement l'occasion d'explorer ce thème. J'avais aussi envie de mettre en avant un récit se déroulant au Japon. Et ainsi est née ce roman.

L'histoire sera divisée entre deux grandes partie:

- 1580 à 1880, "le passé". On y découvre les 3 personnages principaux (Winnifred, Hiroyuki, Elias), leur vie, leur recontre et comment nous en sommes arrivés à la situation actuelle.

- 1880 , "le présent". 

Je suis entrain de terminer le premier jet de la première partie. La semaine dernière, un élément de l'intrigue s'est débloqué dans mon esprit et j'ai dû ajouter un personnage. 

Voici d'ailleurs le résumé provisoire: "

"Ne joue pas avec le Temps", avait conseillé la Mort à Freddie. 

Même Hiroyuki, son assistant vampire, l'avait mise en garde.

Et pourtant, elle ne pouvait s'en empêcher...

Dans un Japon steampunk, en plein coeur de l'ère Meiji, une menace plane sans que personne ne s'en aperçoive." »

____________________________

J’ai aussi pu découvrir qu’un autre récit verrait prochainement le jour, il s’agit de « Callista ». Est-ce qu’ici aussi, tu peux nous en dire un petit peu plus ?

 

« Callista sera une nouvelle (probablement avec plus ou moins le même nombre de page que Magnolia). Callista est le nom de l'héroïne de l'histoire, qui est une démone avide de liberté.

Voici le synopsis (provisoire) que j'ai rédigé:  "En Enfer, le libre-arbitre n'est pas une option. Lassée de ne pouvoir être elle-même, Callista a pris la fuite dans le monde des humains et trouva refuge dans un monastère. Mais lorsque l'on est une succube asexuelle éprise de liberté, prête à tout pour vivre loin de la Géhenne; peut-on vraiment échapper au poids de sa destinée et à l'étreinte toxique de ses parents?" »

 

____________________________

Hormis ces futurs récits que nous découvrirons, as-tu d’autres projets d’écriture en ce moment ?

 

« La préquelle de Combat pour vivre arrivera en décembre et s'intitulera "Avant toi". Sinon, j'ai aussi planifié mes projets de romans et de nouvelles pour 2020 et 2021 ah ah (bon, ok, j'ai aussi calé quelques trucs en 2022 et 2023 ... Oui, j'ai BEAUCOUP trop d'idées XD). D'ailleurs, pour l'un de ces projets, je dois créer un nouvel univers avec des pays, des villes etc. Ca va être un très gros travail. Mais j'ai hâte! »

 

____________________________

J’aimerais te demander de ne choisir qu’une seule couleur correspondant, selon toi, à chacune de ces histoires : « Il a dit », « Combat pour vivre » et « Magnolia » ?

 

« • "Il a dit" : le bleu qui symbolise à la fois le ciel et Stefaniel

•  "Magnolia' : rose pâle pour la douceur, l'amour timide et en référence aux magnolias.

•  "Combat pour vivre" : violet, car c'est la couleur que Sebastian préfère avoir dans les cheveux. »

 

____________________________

Parmi tous les récits dont nous avons parlé, est-ce qu’il y en a un qui a une place toute particulière dans ton cœur ?

 

« "Il a dit" a une place spéciale dans mon coeur, car il est mon roman de reprise après des années où je n'avais plus rien écrit (hormis quelques fanfictions et mini textes). C'est l'histoire qui m'a remise dans le bain et qui m'a fait redécouvrir à quel point écrire faisait partie intégrante de ma vie. »

Conseils

Des

Quels conseils donnerais-tu à un(e) auteur(e) qui souhaiterait écrire une romance ?

 

« Dans une romance, l'histoire d'amour n'est pas forcément le seul élément important. Il peut très bien y avoir d'autres éléments importants associés (thèmes de la différence d'âge, du deuil, de la distance etc)

Ecrire une romance, ne doit pas empêcher d'effectuer des recherches. Votre personnage est à l'hôpital ? Vérifiez que votre description est un minimum réaliste.

Et, comme dans tous les autres genres, les personnages sont importants. Ce n'est pas parce qu'il s'agit de romance, qu'ils ne doivent pas être aussi travaillé que pour un roman fantastique par exemple

Enfin, si vous ne vous sentez pas capable d'écrire une histoire (avec un personnage bi ou aro par exemple) mais que vous y tenez vraiment pour x raison, faîtes appel à un·e sensitive reader. Cela sera enrichissant pour vous et vos lecteurs concernés par votre thème, apprécieront d'autant plus de se voir bien représenté. »

 

____________________________

Qu’est-ce qui est rédhibitoire pour toi dans un récit ?

 

« Que l'histoire soit quelconque et cousue de fil blanc. Un récit avec un thème basique ne me gêne pas, si je sens et vois la patte de l'auteur. Si je n'accroche ni au style ni aux personnages, je suis incapable de terminer le bouquin, car je m'ennuie et ça devient pénible de lire. »

 

____________________________

Si tu ne devais donner qu’un seul et unique conseil à un(e) autre auteur(e), lequel choisirais-tu ?

 

« D’écrire ce qu'il vous plaît sans avoir honte. Si vous rêvez d'une héroïne lapin-garou pansexuelle, mariée à une ensorceleuse aveugle, et bien, allez-y. C'est votre roman, vos idées, vos personnages (même si ceux-ci finissent par s'émanciper) et personne n'a le droit de vous décourager dans votre tentative de leur donner vie. »

 

____________________________

Aurais-tu une anecdote d’écriture à partager avec nous ?

 

« Je me fais toujours avoir par mes personnages. Au bout de quelques chapitres, ils font leur vie et moi je dois suivre, même s'ils ne vont pas dans la direction que j'avais imaginé. Mais je sais que mes copines autrices ont le même problème ! 

 

 

Sinon, j'écris toujours en musique et avec une tasse de thé vert. »

Dernier mot

Un

« Je ne suis que la scribe de mes personnages... 

 

Sinon, si vous avez l'occasion, n'hésitez pas à découvrir des auteur·ices publiant en autoédition. On y trouve des merveilles. Alors si vous n'êtes pas trop romance et que vous voulez patienter en attendant ma nouvelle fantasy et mon roman steampunk, je vous propose de découvrir:

•  Amy Mackenzie, avec Lux in Tenebris , un bijou de roman fantastique (Amazon)

• Ophelia Yeti, avec Kalies, ma découverte de roman cyber et diesel punk, avec un univers et des ambiances de fous (Wattpad)

• Ella Sawyer, avec Faëra , une revisite de contes absolument fantastique (Wattpad)

• Rui Chan, avec, entre autre, Geiko Monogatari, avec toujours beaucoup de poésie et un style incroyable (Amazon)

• Coralie Raphael, avec Le Jardin secret de Marie, un superbe ovni entre fantastique et steampunk (Amazon)

 

Bonne lecture ! »

Plume

L'avis de

Ce fut un plaisir de lire tes trois récits. Au-delà de la romance présente, nous découvrons de réelles problématiques. Tes personnages sont cohérents, construits et intéressants. Tu traites de différents thèmes, de la psychologie de chacun avec ce qui leur est arrivé, tout cela d’un point de vue selon moi réaliste.

 

Tes écrits sont originaux dans les thèmes qu’ils abordent et les messages qu’ils transmettent aux lecteurs. Chacun d’eux est emprunts d’émotions et ta plume sait mettre en valeur tout cela. En résumé, trois récits réellement intéressants et je suis persuadée que tes lecteurs attendent d’ores et déjà tes prochains écrits !

Retrouver

SALEMA WEYARD

Merci à Salema Weyard pour cette Interview. N'hésitez pas à partager vos avis avec nous en commentaire et à découvrir les récits de Salema.

  • Twitter PlumeAuteurs
  • Facebook La Plume de vos Auteurs

Cliquer sur une publicité rapporte quelques centimes au site afin d'aider à le financer. Merci à chaque personne qui prendra ces quelques secondes.