• Twitter PlumeAuteurs
  • Facebook La Plume de vos Auteurs

Cliquer sur une publicité rapporte quelques centimes au site afin d'aider à le financer. Merci à chaque personne qui prendra ces quelques secondes.

ERic f. oeakenart

La Plume de

Histoire

Une

Reflexions Passées

« Lors d'un vide-grenier en Bourgogne, Olivier, un jeune antiquaire, achète un vieux miroir qu'il va restaurer. Il va alors découvrir, derrière la vitre, des images d'une jeune femme du XVIIᵉ siècle. Il va alors tenter de découvrir qui elle est, et l’empêcher de périr dans un tragique incendie.  »

Auteur

Un

Depuis combien d’années environ l’écriture est entrée dans ta vie ?

 

« Mon premier souvenir lié à l'écriture remonte à ma classe de CE1, donc en fait quasiment dès que j'ai su écrire. Mes parents avaient une machine à écrire à leur bureau (au début des années 1990), et de temps en temps je m'y asseyais pour écrire de très courtes histoires ou des poèmes. Au court de mes études, au collège et au lycée, ce que je préférais en Français, c'était les exercices de rédaction. Au fil des années j'ai récupérer un vieil ordinateur de mon père, avant d'acheter le mien avec l'argent de mon premier boulot estival, et j'ai toujours écris, que ce soit des poèmes, des nouvelles, des romans ou des chansons. »

 

____________________________

Que t’apporte-t-elle au quotidien ?

 

« Je n'écris malheureusement pas tous les jours (sauf si on compte les emails et les programmes informatiques), mais l'écriture pour moi possède deux fonctions principales. La première est l'évasion, le pouvoir de fabriquer mon propre monde, mes propres personnages, des intrigues irréalistes, et explorer les possibilités de l'imagination. L'autre fonction est la communication. L'écriture a été inventée dans ce but, et écrire a été un moyen pour moi de communiquer par des moyens détournés mes pensées et idées personnelles. Que ce soit des déclarations d'amours sous forme de poèmes lors de mon adolescence, des convictions politiques dans des nouvelles à la vingtaine, ou l'exploration de la psyché humaine. »

 

____________________________

As-tu un auteur qui t’inspire tout particulièrement ?

 

« L'un des auteurs qui m'a le plus marqué est Robert Lamoureux, dont les poèmes, chansons et pièce de théâtre ont toujours eu un je ne sais quoi de vrai, et d'universel. Tout particulièrement, ses poèmes sont d'une élégance inégalée. Contrairement à Baudelaire ou Hugo, dont le style est extrêmement poétique et recherché, Lamoureux arrive dans un langage simple, très proche du français parlé, à obtenir un rythme mélodieux, tout en véhiculant des idées universelles. 

Et en plus d'avoir une âme de poète, Robert Lamoureux est également un dramaturge et comédien talentueux. Ses pièces et ses sketchs, dans un style très abordable, possède parfois des doubles niveaux de lecture très intéressant. »

 

____________________________

As-tu, hormis l’écriture, d’autres hobbies ?

 

« Comme je l'évoquais plus haut j'écris des chansons, et je compose également la musique, que je joue (pour l'instant pour ma famille et mes ami·e·s uniquement pour l'instant) à la guitare et au piano. J'ai eu une éducation musicale par mon père, un peu forcée, et que je n'ai malheureusement pas (ou peu) entretenue. Lorsque j'ai perdu mon père, j'ai eu envie de me replonger dedans et j'ai commencé à mettre en musique certains de mes textes, parfois en français, parfois en anglais. 

Et je fais également partie d'une troupe de théâtre amateur, nous jouons chaque année une pièce sur Paris fin mai, surtout des pièces contemporaines. 

Je pense que ces deux activités font écho à ce que j'aime dans l'écriture, et me permette aussi de trouver un moyen immédiat d'attirer les projecteurs sur moi. Jouer de la musique, ou un rôle sur les planches me permet aussi de m'évader, de me plonger dans des histoires ou des sonorités et d'oublier le côté terre-à-terre de la vie quotidienne. »

 

____________________________

Si tu ne devais garder qu’un seul et unique livre pour le reste de tes jours, lequel choisirais-tu ?

 

« Quel choix difficile que de ne se limiter qu'à une seule œuvre. Je pense que je choisirais “L'Arcane des Épées” de Tad Williams (je triche un peu, c'est une trilogie). Je l'ai lu pour la première fois alors que j'avais 15 ans, et je le relis régulièrement. Le monde inventé par Tad Williams est d'une profondeur et d'une richesse phénoménale. Je crois d'ailleurs avoir lu que c'est une des inspirations de Georges R. R. Martin pour l'écriture du Trône de Fer. 

J'ai un projet de roman de Fantasy que je traîne depuis bientôt vingt ans, et l'un de mes rêves est d'arriver à rendre mon univers aussi crédible et riche que celui de cette série de livre. »

 

____________________________

Admettons un petit instant que je possède une baguette magique, au travers de quel personnage de livres t’imaginerais-tu le mieux ?

« Difficile à dire. Je pense que celui auquel je m'identifierais le mieux est Théo Vilmos, le personnage principal de “La Guerre des Fleurs” (de Tad Williams, encore lui). Ce héros passe après plusieurs épreuves dont certaines résonne avec ma propre vie. Et pendant une majeure partie du livre, le personnage principal subie des événements qui le dépassent, et je pense qu'à sa place, malgré mon amour de la fantasy, j'aurais du mal à me transformer instantanément en héros plein d'astuces et de talents. Et en plus il chante et joue de la musique, ce qui fait un autre point commun avec moi. »

Questions

Des

Pourquoi le choix de ce titre, « Réflexions passées » ?

 

« Ce titre n'est venu très récemment. Depuis le tout début, j'ai appelé cette histoire "le miroir" en attendant de lui trouver un titre plus adapté. Le mot réflexion est un moyen de faire un double sens entre le reflet, pour évoquer le miroir, et la pensée. Le premier sens du titre est littéral, le miroir reflète des images du passé, le second sens est lié au personnage principal qui va agir par instinct et par émotion. »

 

____________________________

Comment s’est déroulé l’écriture de ton récit ?

« La toute première version du premier chapitre date de l'hiver 2008. Les bases de l'histoire étaient déjà plus ou moins posées à cette époque, mais des changements dans ma vie professionnelle et personnelle ont bousculé mes plans, et le projet est resté dormant pendant plusieurs années. Quand j'ai eu ma fille, en 2015, j'ai décidé de mettre à profit les heures où je devais rester à la veiller (elle avait du mal à dormir seule dans sa chambre), et j'ai repris ce projet. Toute l'intrigue liée au XVIIᵉ siècle a été écris pendant ces quelques mois. J'ai fini l'écriture du premier jet au printemps 2016. En 2018, j'ai repris le projet, pour le relire avec un regard neuf, et y faire des changement suite aux retours de mes premiers lecteurs. J'ai ensuite publié au début du printemps cette année la version remaniée sur Scribay pour avoir plus de beta lecteurs, et aujourd'hui j'ai enfin une version que je pense être finale. »  

 

____________________________

Comment t’es venue l’idée de cette histoire ?

 

« Depuis très longtemps j'affectionne les histoires liées au temps, et aux voyages temporels. Je voulais jouer avec cette idée, et j'ai cherché comment cela pourrait arriver concrètement. Les explications données au chapitre 10 sur la vitesse de la lumière sont véridiques, et j'ai poussé cette idée plus loin. Et si un matériau transparent ralentissait les photons à un point tel que la différence soit perceptible. Et non seulement perceptible, mais exagéré. 

De là, l'idée d'utiliser un miroir est venue naturellement. Dès le départ, j'ai imaginé une scène où mon personnage principal voit le reflet d'une femme dont il va tomber amoureux. »

 

____________________________

Pourquoi le choix du XVIIᵉ siècle et non une autre époque ?

 

« Lors de mes premiers jets, l'époque était indéterminée, je savais simplement que cela se situerait entre la fin du Moyen-Âge et la révolution française. 

Lorsque j'ai commencé à faire mes recherches pour créer une intrigue dans le passé, j'ai finalement choisi cette époque-là car elle me permettrai de profiter d'un contexte politique intéressant. En outre, j'ai eu l'occasion de faire plusieurs clin d'œil à divers personnages historiques de l'époque, ce qui est presque obligatoire quand on parle de voyage dans le temps. Mais je ne voulais pas que les personnages historiques ou les évènements phares du passé soient au centre de mon roman. Une grande partie des romans qui traitent de voyages temporels le font autour d'événements majeurs (le Titanic, les guerres mondiales, ...). Parmi mes inspirations, j'avais "le Voyage de Simon Morley" de Jack Finney, qui justement plonge le lecteur dans le New York de 1882, sans lien avec une grande date ou un grand nom de l'Histoire. »

 

____________________________

On découvre bien vite que ton personnage principal est antiquaire et qu’il connait son métier. D’où te sont venues ces connaissances dans ce domaine ?

« Uniquement de mes recherches, au cours de l'écriture de ce roman. Je n'avais aucune connaissance dans ce domaine avant l'écriture de ce roman, mais si les lecteurs ont cette impression, c'est que j'ai réussi mon travail. »

 

____________________________

Pourquoi avoir choisi qu’Olivier soit antiquaire ?

« Je ne me souviens plus trop s'il y avait une raison importante à ça. Je crois qu'à l'origine c'était pour motiver le fait qu'il se rende loin de chez lui pour une brocante, et qu'il soit capable de restaurer le miroir. »

____________________________

Peux-tu nous parler un peu de lui ?

 

« Olivier, au début du récit, apparaît comme un antiquaire passionné par son métier, enchaînant les conquêtes féminines. Il fonctionne beaucoup à l'instinct, quitte à agir d'abord et réfléchir ensuite. »

____________________________

Pourquoi avoir choisi un miroir comme fenêtre sur cette époque ?

 

« Un miroir est un objet courant, presque banal. Tout le monde en a un chez soi. Cela était une manière d'accentuer l'effet de surprise sur le voyage dans le temps. 

Chacun d'entre nous a une relation différente avec son propre reflet : certains en ont peur, d'autres en sont amoureux, blasés, ou critique. Un miroir est fait pour apporter un regard sur soi-même. Pour mon personnage principal c'est au contraire l'occasion pour lui de découvrir d'autres personnes, mais aussi de révéler une part de lui-même qui n'existait pas jusqu'alors. »

 

____________________________

J’aimerais reprendre ma petite baguette magique en imaginant qu’Olivier fasse partie de notre monde, te ressemblerait-il ou serait-il un ami par exemple ?

« Je ne pense pas qu'il me ressemble beaucoup. Je suis loin d'avoir autant de succès que lui avec les femmes, et mes connaissances en histoires se limitent à mes recherches faites pour ce roman. Je crois que si je ressemblais à quelqu'un ce serait plus Delphine... Mais en homme !

Après je pense que l'on pourrait être ami. Il a des défauts bien sûr mais pas plus que certains de mes amis. Au moment de créer ce personnage je me suis avant tout focalisé sur les traits qui seraient les plus intéressants pour l'histoire, le reste est arrivé naturellement par la suite. 

Après certains personnages secondaires ou certaines situations ont été inspirées par des faits réels, comme la soirée au restaurant au chapitre 3 par exemple. »

____________________________

Pourquoi le choix de la plateforme Scribay pour publier ton récit ?

 

« L'un des points qui m'a le plus plu est que Scribay est entièrement francophone, et avec un intérêt poussé pour la relecture. Le but pour moi en publiant mon roman sur Internet était de pouvoir recevoir des critiques constructives sur mon roman, ainsi que des conseils sur le style, la grammaire et l'orthographe. J'ai testé Wattpad également, mais je l'ai trouvé bien trop "bruyant". Beaucoup de textes, des niveaux très disparates, et surtout une course à la popularité. Mon but premier était avant tout de pouvoir terminer mon œuvre, plutôt que d'avoir plein de "likes". »

 

____________________________

Maintenant que « Réflexions passées » est entièrement achevée, songes-tu à l’édition pour cette œuvre ?

« Tout à fait, j'ai commencé à faire une recherche sur les éditeurs dont la ligne éditoriale correspond à “Réflexions Passées”, et je vais prochainement leur envoyer mon tapuscrit. Il ne me restera plus qu'à croiser les doigts et attendre. »

 

____________________________

Lorsque tu as laissé ton histoire de côté en 2016, avais-tu déjà pour projet de la réécrire ou l’occasion s’est-elle simplement présentée ?

« Oui, la pause que je me suis imposé avait pour but de prendre du recul vis à vis de mon premier jet. Lorsque j'ai repris l'écrit en 2018, j'ai pu relire l'histoire avec un regard neuf (et parfois des surprises : "ah bon, il se passe ça ?!”). Cela m'a permis de couper certains passages inutiles, ou étoffer des scènes cruciales, d'approfondir certains personnages. »

 

____________________________

Est-ce que cela a était difficile de t’obliger à faire une pause, t’obligeant ainsi à prendre le temps ?

 

« Non au contraire je pense que j'aurais eu plus de difficultés à faire l'édition immédiatement. Cette pause a également été pour moi l'occasion d'avancer sur d'autres projets, et d'en démarrer des nouveaux. C'est un petit peu mon fonctionnement, pas très productif je l'avoue. Travailler un petit peu sur un projet, puis un autre. Au final ceux qui me tiennent vraiment à cœur aboutissent, les autres restes des projets en devenir. 

Je n'en jette aucun, me laissant toujours la possibilité de revenir sur une ancienne idée lorsque soudain j'ai un nouveau point de vue, un nouvel angle à aborder dessus, ou simplement un sursaut de motivation. »

____________________________

Qu’est-ce qui te rend le plus fier, le plus heureux, vis-à-vis de cette œuvre ?

 

« Je pense que les retours obtenus sur Scribay ont été ceux qui m'ont le plus touché. Les premiers lecteurs du roman étaient des proches, donc j'avais toujours un doute quant à l'objectivité de leurs compliments. Mais recevoir des compliments d'inconnus, eux-mêmes auteurs, m'a touché au plus haut point. »

 

____________________________

Si tu ne devais choisir qu’une citation de ton récit, laquelle retiendrais-tu?

 

« Cette citation est tirée de la fin du roman, mais ne devrais pas gâcher l'histoire : « Il porta son regard sur le miroir. Il croisa les yeux gris d'un homme qui lui semblait soudain être un étranger. »

J'aime beaucoup cette citation, car elle reflète (ha ha) ce sentiment d'introspection où l'on doit changer l'image mentale que l'on a de soi-même. Ce genre de chose m'est arrivé régulièrement, tant sur mon évolution physique (c'est toujours quelque chose de vieillir) que morale et psychologique. On passe devant un miroir et tout d'un coup on se rend compte que l'image qui nous revient n'est pas celle que l'on a de soi. »

____________________________

As-tu une musique qui te viens à l’esprit lorsque tu penses à « Réflexions passées » ?

 

« Une des musiques que j'ai beaucoup écoutées durant l'écriture du roman, et qui je trouve collé assez bien à l'intrigue, et à mon état d'esprit lors de l'écriture est "La jeune fille et la mort" de Frantz Schubert. 

Le premier mouvement est empreint de l'excitation de la découverte, et la course contre la montre qui se joue dans la deuxième partie du récit. Le second mouvement, plus mélancolique, représente l'évolution des sentiments des différents personnages. Le troisième mouvement enfin représente le dénouement, et les conséquences des actions d'Olivier. »

 

____________________________

Tu nous as dit faire du théâtre, écris-tu toi-même des pièces ?

« J'ai déjà participé à des ateliers d'écriture de pièce de théâtre et j'ai quelques idées de pièces que je voudrai écrire dans ce domaine, sur des thématiques liées à des thématiques qui me tiennent à cœur. L'une d'elle est le fait de gérer les querelles parfois idiotes qui peuvent mettre fin à de longues amitiés ou diviser des familles. Encore un projet que je terminerai peut-être un jour... »

 

____________________________

Tu nous as aussi parlé de la musique, penses-tu un jour partager tes œuvres musicales ?

 

« Pour la musique, cela fait aussi partie de mes ambitions, probablement sous un autre pseudonyme. Mais pour ça je vais essayer de collaborer avec d'autres talents pour obtenir un arrangement et un enregistrement plus complet que juste guitare, piano et voix. »

 

____________________________

Tu nous as aussi mentionné un projet de roman Fantasy, où en es-tu dans l’écriture de ce dernier ?

 

« C'est le prochain projet sur lequel je pense me concentrer. Je l'ai ressorti d'un tiroir récemment, et en lisant l'une des interviews sur ton site, cela m'a redonné envie de le travailler. En plus j'ai eu une idée pour améliorer fortement l'intrigue. 

 

J'ai souvent entendu les histoires vécues par mon grand-père pendant la seconde guerre mondiale (il était adolescent lorsque la guerre a commencé en France), et j'aimerai lui rendre hommage en incorporant les épreuves qu'il a traversé dans un univers fantastique (surtout car lui et ma grand-mère ne sont plus là pour en faire une biographie). Transposer cela me permet de romancer ce que j'ai retenu, tout en gardant les enjeux et tension qu'il m'a transmis. »

 

____________________________

Pourrais-tu nous en parler un petit peu ?

« L'histoire est toujours sous une forme embryonnaire, mais comme dans la plupart de mes histoires, une des formes de magie impliquera une forme de manipulation temporelle. »

Conseils

Des

Quel est le conseil majeur que tu donnerais à un auteur ?

 

« Pour moi le premier conseil est avant tout de se faire plaisir. La plupart des histoires que j'ai commencé étaient les histoires que j'avais envie de lire. Suivez votre instinct, et si ce que vous écrivez vous plait, il y a de forte chance que cela plaira à d'autres. Alors qu'à l'inverse, si vous même n'êtes pas emballés par votre récit, qui le sera ? »

 

____________________________

 

Que donnerais-tu comme conseils à un auteur qui souhaiterais écrire un récit fantastique ?

« Soyez cohérents et consistants. Un récit fantastique est une bonne opportunité de s'affranchir des lois physiques et chimiques du monde réel. Mais il faut que les nouvelles règles que vous mettez en place restent consistantes au cours du récit, et qu'elle soit cohérente. C'est parfois facile de se dire "c'est magique donc ça marche comme ça", mais cela peut rendre les choses moins satisfaisantes pour le lecteur. »

 

____________________________

Selon toi, qu’est-ce qui prime pour qu’un récit soit bon ?

« Je pense que ce sont les personnages, et surtout leurs actions et réactions qui doivent être compréhensibles par le lecteur. Quand un personnage prend une décision, et que le fait qu'il fasse ce choix est évident, alors même si je ne suis pas d'accord avec le choix, je resterai plongé dans le récit. Par contre si une action, un choix parait forcé ou illogique par rapport au personnage, alors cela brise la magie et peut me faire abandonner ma lecture. »

 

____________________________

Aurais-tu une petite anecdote d’écriture à nous donner sur toi ?

 

« Je suis capable de m'émerveiller et me surprendre moi-même. J'adore les moments d'écriture ou tout d'un coup, je démarre une scène qui prend une direction que je n'avais pas prévu, et tout d'un coup un début d'intrigue se met en place et se cale parfaitement avec le reste de l'histoire et vient renforcer le récit. Alors je me retrouve comme spectateurs de mon écriture, avec le même genre de réaction qu'en lisant un retournement de situation particulièrement excitant dans un livre. »

dernier mot

Un

«  Merci, avant tout à La plume de vos Auteurs de m'avoir interviewé. Merci à mes relecteurs pour m'avoir aidé à finir mon roman, et donné envie de finir mes autres projets. Merci à ma femme et ma fille de me supporter (dans tous les sens du terme d'ailleurs). 

Merci à tous les lecteurs, les miens et les autres, car c'est à travers vous que vivent les personnages créés par les auteurs. Merci à tous les auteurs de repousser chaque jour les limites de l'imagination, de créer des mondes, des intrigues, des personnages uniques qui nous permettent le temps d'une lecture de s'évader. 

Je finirais en citant Anatole France : « Faites confiance à cette petite voix dans votre tête qui dit “ne serait-ce pas intéressant si…”; Et ensuite, faites-le.»  » 

Plume

L'avis de

Dès les premières lignes on se laisse prendre dans ton récit. Ta plume rend la lecture fluide et agréable, on parcourt les chapitres sans même s’en rendre compte, on se retrouve absorbé par ton histoire. Pour une personne comme moi qui aime apprendre des choses, ton récit est une mine d’or. Au travers de ton histoire, tu nous fais voyager et apprendre, que ce soit sur l’époque, la science etc. Tes descriptions sont un bonheur, on s’imagine le tout sans la moindre difficulté et c’est un film qui se joue sous nos yeux. Tu nous berce dans une belle intrigue, au travers d’un écrit riche et d’une plume vraiment agréable. Tu nous plonge sans difficulté dans une époque qui est étrangère à nos yeux et pour autant, on se sent proche de chaque personnage.

 

Ton écrit est cohérant, tout semble possible et ça fait partie de ses gros points forts. Tu fais travailler nos méninges en même temps que tes personnages, ce qui rend le tout encore plus intéressant. En bref, je pourrais m’étaler sur les points forts de ton histoire pendant encore un bon moment, mais en résumé, ton histoire vaux réellement le détour. Je pense que le temps que tu lui as consacré ainsi que les pauses n’ont fait que t’aider à obtenir un si beau résultat. J’admire vraiment la capacité que tu as eu de te donner le temps, de faire une pause pour jeter à nouveau un regard neuf ainsi que toutes les recherches que tu as faites pour rendre le tout totalement cohérant (à mes yeux, en tout cas).

eric f. oeakenart

Merci à Eric F. Oeakenart pour cette Interview. N'hésitez pas à laisser votre avis en commentaires et à découvrir "Réflexions Passées".