• Twitter PlumeAuteurs
  • Facebook La Plume de vos Auteurs

Cliquer sur une publicité rapporte quelques centimes au site afin d'aider à le financer. Merci à chaque personne qui prendra ces quelques secondes.

Agrumax

La Plume de

Histoires

Des

Les Sosies

Drame ❘  + 12  - Disponible sur Wattpad

« Matthieu, personnage principal de cette fiction va créer un projet totalement fou, suite à la révélation de sa soeur. »

Le Journal de Yakiteikh

Réaliste ❘  + 12  - Disponible sur Wattpad

« Elle retrace l'histoire d'une jeune Vietnamienne, couturière dans un atelier clandestin. Dans l'atelier règne une ambiance malsaine et silencieuse, pourtant, il y naîtra une amitié. »

Héliosexuel

Jeunesse ❘  + 12 - Disponible sur Wattpad

« Une histoire qui traite principalement d'amour aux travers de différentes péripéties. »

Autrice

Une

Quand est-ce que l’écriture est entrée dans ta vie ?
 

« Depuis toujours j'écris, comme beaucoup j'imagine. Je n'ai pas fait exception. Étant petite je créais des univers, des personnages, des actions. Ma seule barrière était mon imagination.
Plus vieille, j'écrivais poèmes, nouvelles, chansons pour déverser tout mon malheur adolescent et essayer de survivre à cette période.
A présent, je crois que j'ai trouvé le juste milieu et je suis sûre que je m'amuse. Le plaisir s'est mêlé à la thérapie. »

 

____________________________


Qu’est-ce que représente l’écriture aujourd’hui pour toi ?
 

« L’écriture représente pour moi un moyen de communication. Je communique avec mon moi intérieur, je communique avec mes lecteurs et lectrices par le biais des messages que je laisse dans mes récits.
Je ressens de l'excitation quand j'écris, j'espère que la personne qui me lis ressens la même chose.
Quotidiennement, je note des bouts de phrases, des descriptions, des idées de trame dans mon téléphone, pour les retranscrire le moment venu ! Parallèlement, je fais une quantité incroyable d'exercices d'écriture, je veux pouvoir écrire n'importe quoi avec la même facilité que lorsque je rédige mes récits, dans mes genres de prédilection. »

 

____________________________

 

Hormis l’écriture, as-tu d’autres passion ?
 

« Passion aussi forte, il n'y a que l'écriture. »
 

____________________________

Imaginons un petit instant qu’une malédiction s’abatte sur nos têtes et que tu sois dans l’obligation de ne choisir qu’un seul et unique livre pour le reste de tes jours, lequel se serait ?
 

«  Wow. Affreuse question.
S'il y a internet, je choisis le livre "Le goût amer de l'abîme" de Neal Shusterman.
Ce livre raconte l'histoire d'un adolescent de 13 ans, Caden, qui devient paranoïaque, qui sombre peu à peu dans la folie et qui est interné dans un asile psychiatrique.
J'ai choisis cet ouvrage que je n'ai pas encore lu car en plus d'être certaine d'avoir une jolie découverte, peu importe ce qu'il se passe autour de moi, ce livre qui traite de maladies mentales pourra m'aider en cas de folie.
S'il n'y a pas internet, mon choix se porte sans hésitation sur une encyclopédie car je pense que l'apprentissage sauve.
Les histoires, je peux les inventer. Si j'ai besoin de me distraire, je peux le faire sans problème. Je me parle seule, me fait rire, me raconte des anecdotes... »

 

____________________________

Admettons maintenant que je sois en possession d’une baguette magique, au travers de quel personnage de romans t’imaginerais-tu le mieux ?
 

« Ma réponse ne va pas du tout être originale mais tant pis. Hermione Granger.
Ai-je vraiment besoin de la présenter ? La plus curieuse des sorcières. Hermione est née moldue pourtant il n'y a aucun sort qu'elle ne peut refaire.
Je l'ai choisi car j'aimerais vraiment vivre sa vie, faire de la magie, boire des bières au beurre, avoir des amis superbes, voler à dos de dragon... »


 

Questions

Des

Comment t’es venue l’idée pour ton écrit « Les Sosies » ?
 

« La thématique des Sosies, entre autres et la psychologie des personnes me travaillent beaucoup. Matthieu et les autres personnages me sont venus assez rapidement et ils m'ont fait part de leurs histoires. Écrire est devenu un besoin ; je me devais d'écrire, pour eux. »
 

____________________________


Peux-tu nous parler un petit peu de Matthieu ?
 

« Matthieu est extrêmement déterminé. C'est un adolescent impulsif, il a manifesté une certaine ambition et, grâce à ses moyens financiers, entre autres, il a pu la réaliser. Correctement, je ne sais pas. Sans embûches, ce n'est pas sûr. Mais il l'a fait. Et pour ça, il faut être créatif, courageux et un peu fou. »
 

____________________________


Tu traites dès les premières lignes d’un sujet assez terrible. Est-ce que tu désires passer un message au travers de ton récit ?
 

« Bien-sûr. J'estime qu'un récit qui ne transmet aucun message n'a pas sa place en librairie.
Cependant, chaque individu créé son propre message, rien n'est universel ni explicite. Ma "morale" est faites d'interrogations. Celles-ci résonnent différemment dans chaque être humain. »

 

____________________________


Comment t’es venue l’idée pour ce second récit, « Héliosexuel » ?
 

« Honnêtement, l'idée de ce récit est venue suite à une blague, mon copain et moi avions imaginé plusieurs personnes se créant des sexualités. Il n'en a pas fallu plus pour que mon esprit divague et que je trouve cette idée loin d'être débile. Ce livre, dans ma tête, était censé être placide. Les réflexions primeraient sur les actions et l'envie de représenter un enfant, ado et jeune adulte banal s'est précisée. »
 

____________________________


Peux-tu nous parler du choix de ce titre ?
 

« Ce titre prend tout son sens au court du récit, il m'est donc impossible d'en dire plus. »
 

____________________________


Ce récit est écrit à la première personne, peux-tu nous parler de ce choix ?
 

« Ce choix était assez évident, étant donné que je voulais me mettre à la place d'un jeune adolescent (Arthur) en quête de questions existentielles à cet âge-là (scolarité, relations, passions, amours...). »
 

____________________________


Peux-tu nous parler un petit peu de ton personnage principal, Arthur ?
 

« Arthur est positif, calme, loyal, en quête de sens. Ses parents peu attentionnés ne l'aident pas, mais il peut compter sur ses amis. »
 

____________________________


Le récit se déroule dans le futur, peux-tu nous expliquer ce choix ?
 

« Ce choix s'est imposé à moi, je n'y ai pas vraiment réfléchi et d'ailleurs, le fait que ça se passe dans quelques décennies ne sert pas plus que ça au récit.
En règles générales, mes personnages viennent à moi et me murmurent quelques détails sur eux. Pour Arthur, les détails étaient son prénom, sa date de naissance, son époque et ses relations (familiales, amicales et générales). »

 

____________________________


Comment t’es venue l’idée pour « Le Journal de Yakiteikh » ?
 

« Un matin, je me suis réveillée avec le souvenir de ce qui semblait être un rêve. Il n'y avait qu'une scène, sans dialogues dans mon esprit. Plein de personnages assis, dans une pièce sombre et insalubre. Tous portaient une cagoule en latex, de différentes couleurs. La cagoule coulait à mesure que la chaleur s'imposait.
Je me suis levée et comme d'habitude, je faisais ma vie. Mais quoi que je fasse, cette scène sans bruit revenait en permanence dans ma tête. Chaque chose qui prenait trop de place dans mon cerveau finissait par être couchée sur papier.
D'ordinaire, celles que je dois écrire sont beaucoup plus intimes, personnelles. Là j'étais réticente à le faire parce que je ne comprenais pas en quoi mon esprit avait besoin de libérer ça pour s'apaiser. Je l'ai quand même fait. Au fil des mots, l'histoire prenait forme.
La suite, on l'a connaît ! »

 

____________________________


Dans ce récit, il s’agit d’ateliers clandestins. D’où te viennent les connaissances à ce sujet ?


« J'étais vierge de toutes connaissances là-dessus. Quand l'histoire s'est formée, mon souhait de réalisme devait être satisfait. Si je continuais à écrire, j'allais faire des recherches.
Le personnage de Yakiteikh m'a chuchoté, en plus de son prénom, sa nationalité. J'ai dû faire des recherches sur la gestion des ateliers clandestin mais aussi la culture asiatique et vietnamienne en particulier.
Je n'ai jamais écrit en laissant mon imagination faire tout le travail et je pense ne jamais le faire. Dans mon carnet d'écriture, propre à chacun de mes récits, une page entière est dédiée aux "inventions et références".
La connaissance des histoires, des cultures, des modes de vie etc... est importante : pour ne pas alimenter ou accentuer sans le vouloir un cliché, pour transmettre certaines choses aux lecteurs et lectrices, pour éviter de refaire les mêmes erreurs que dans le passé, pour apprendre de celles-ci... »

 

____________________________


Dans ce récit tu utilises la première personne, est-ce pour la même raison que pour « Héliosexuel » ?
 

« La première personne s'est affirmée, surtout parce que ce que j'ai écrit est un journal. J'ai écrit en journal parce que selon moi, c'était la meilleure option, la plus naturelle et la plus évidente. »
 

____________________________


Peux-tu nous parler de Yakiteikh et de Chloé ?
 

« Yakiteikh est prudente, intelligente et réfléchie. Elle a accepté son sort, parce qu'il est moins pire que celui d'avant. Et Chloé, qui est intelligente, intrépide et insolente lui montre petit à petit que ce qu'elle accepte est malsain et qu'elle a le droit de rêver, d'espérer mieux. »
 

____________________________


As-tu pour projet d’éditer l’une ou plusieurs de tes histoires ?
 

« Oui. Je souhaite m'auto-éditer et je le ferais quand je serais complètement fière de mes récits et surtout que j'aurais le courage de le laisser seul. Avec vous.
J'ai trop de peurs pour le faire maintenant. »

 

____________________________


Quelles sont les peurs qui t’empêchent ainsi de t’autoéditer ?
 

« Décevoir mes lecteurs, mes lectrices. Et puis ça représente aussi un sacré investissement qui mérite réflexion… »
 

____________________________


Parmi les récits dont nous avons parlé, est-ce qu’il y en a un qui te tient plus à cœur que les autres ?
 

« Le Journal de Yakiteikh, parce que c'est le premier et que j'en suis assez fière.
Mais ce n'est pas le plus intense, ceux qui me tiennent vraiment beaucoup à coeur sont en cours d'écriture, avec des dizaines de projets ! »

 

____________________________


Tu les as publiés sur Internet, sur le site Wattpad. Pourquoi ce choix ?
 

« Wattpad était le plus connu. Malgré mon refus d'y publier les années précédentes (parce que le public jeune me faisait peur), mon envie de montrer mes écrits à un maximum de gens était trop forte.
J'essaie aussi d'avoir ma propre opinion. Elle passe par l'expérimentation.
Les autres sites étaient moins fréquentés et le public plus expérimenté était, selon les rumeurs, beaucoup plus exigeant. Je ne me sentais pas prête, avec mes premiers jets, ma naïveté et mes envies de progresser à mon rythme ! »

 

____________________________


Tu nous as mentionné un projet sur lequel tu travail en ce moment et qui te tient tout particulièrement à cœur. Est-ce que tu peux nous en parler un petit peu ?


« Ce roman secret me tient à coeur parce qu'il va contribuer, je l'espère, à une reconstruction.

L'écriture se passe très bien, même si chaque mot est une épreuve pour moi, chaque phrase est une lance qui, plantée en moi, m'oblige à revivre certaines choses.

L'idée m'est venue naturellement. J'ai vécu un truc pas drôle et l'écriture m'a toujours aidé à guérir mes maux donc pourquoi pas l'écrire, en espérant que des personnes dans mon cas puissent mieux vivre cet après.

Je travaille sur différents projets en même temps, et celui-là en particulier me prend encore plus de temps que les autres. Il ne verra pas le jour avant quelques années. »

 

____________________________


A l’heure d’aujourd’hui, comment imagines-tu ton avenir en tant qu’autrice ?
 

« Dans cinq ans, j'espère avoir eu le courage de m'auto-éditer, j'espère avoir vendu au moins 1000 exemplaires de "Le Journal de Yakiteikh" et de "Les sosies". J'espère avoir avancé sur plein de projets. »

 

Conseils

Des

Peux-tu nous donner deux conseils d'écriture qui sont importants selon toi ?
 

« Les deux conseils que je pourrais donner : prenez du plaisir et ne vous forcez pas. Le temps n'est pas gage de qualité ou de son contraire. Il n'y a pas une méthode universelle. Écouter les "il faut écrire au moins 300 mots par jour", "il faut utiliser trois métaphores par chapitre", "il faut s'éloigner des clichés" m'a fait perdre du temps. L'écriture est une façon de communiquer. Parfois, on n'a pas envie de parler. Ce n'est pas grave. »
 

____________________________


As-tu une anecdote d'écriture à partager avec nous ?
 

« Je dois avouer que parfois (notamment quand les bons mots ne viennent pas) avant une session d'écriture, je mange une centaine de grammes de fromage. »
 

____________________________


Qu'est-ce qui est rédhibitoire pour toi dans un récit ?
 

« Rien. Aucun sujet n'est à écarter. Selon moi, tout est à exploiter ; tout amène à une réflexion. »
 

____________________________


As-tu des conseils à partager avec nous concernant la publication de récits sur des plateformes comme Wattpad ?
 

« Je ne suis pas la mieux placée pour parler de ce genre de communication, je n'ai que 90 abonnés sur Wattpad mais je dirais que s'intéresser à ce que publie les autres (dans le même genre tout d'abord) est toujours bien. Laisser des commentaires vous offre une visibilité. »
 

Dernier mot

Un

« Croyez en vous. Lecteurs, lectrices, autrices, auteurs. Soyez fiers et fières de vous. Perseverez.
Cette interview est ma première, ce sont mes avis. Quelque fois maladroits peut-être. Mais j'ai répondu à toutes les questions avec honnêteté et bienveillance.
Merci à La Plume De Vos Auteurs de nous donner la parole. »


 

Plume

L'avis de

Les trois récits que j'ai eu l'opportunité de découvrir sont à mon sens originaux. Les thématiques, les histoires sont inhabituelles et travaillées. Malgré mes difficultés habituelles concernant la première personne, j'ai beaucoup apprécié mes lectures, particulièrement pour « Le Journal de Yakiteikh ». Cette histoire fut une très belle découverte sur une thématique que je n'avais jamais encore lu avec des personnages tant attachant que détestable.

 

Les émotions que tu présentes dans ce journal sont très diversifiés et on ne peut que ressentir chacune d'elle, on s'indigne, on est triste, en colère et tant d'autres choses. J'ai totalement oublié cette première personne pour me plonger dans ce récit que je voulais achever, dont je voulais connaitre la fin tout en espérant que les rêves des personnages se réalisent. Les thèmes sont difficiles, c'est indéniable, mais tu as traité tout cela d'une belle manière et ça ne peut qu'intensifier l'histoire et les émotions des lecteurs. Je te souhaite de tout coeur de pouvoir t'autoéditer et de faire découvrir tes récits et cette imagination dont tu fais preuve dans chacun d'eux.

Retrouver

AGRUMAX

SES RECITS

Merci à Agrumax pour cette Interview. N'hésitez pas à partager vos avis avec nous en commentaire et à découvrir les récits d'Agrumax.